Cette année poursuivant le questionnement des rapports art/social et leurs malentendus, nous souhaitions privilégier l’usage des récits d’expériences (et ses diverses formes) et en pointant particulièrement la question des différences de langage, de la diversité des paroles (Difficultés et quiproquos). Nous avions considéré qu’il était important que ces trois jours soient des temps de rencontres, alternant et articulant des interventions orales (avec des supports visuels), des propositions d’expérimentation « sensible » (verbale et non-verbale), avec des interventions des étudiants du méta-atelier. 

Ce projet, conçu de manière évolutive, tenait donc compte des réflexions et des apports des divers participants. Il est de première importance de créer des « zones d’intensification d’expériences » où puissent « infuser » des expérimentations, de la (re)cherche des « taches » actives « aux formes et aux bords diffus » qui redistribuent une certaine générosité dans ses alliances et qui restent ouvertes à l’indéterminé - des espaces d’aventures tant intellectuelles, artistiques que sociales et politiques…

Depuis 2003, les « protocoles méta » proposent des sessions d’expérimentations et des « congrès singuliers » recoupant diverses disciplines, croisant différents publics. Elles se sont déroulées dans des lieux artistiques aussi bien qu’extra artistiques, dans différentes villes: Blois, Paris, Roubaix, Marseille, Aix-en-Provence, Rabat, Cavaillon, Avignon… « Protocoles-méta » est un projet d’expérimentation itinérant, infiltrant et évolutif, animé par un collège actif fait de collaborations temporaires. Son hypothèse de départ est d’explorer des modes d’agir, de faire, pour surmonter les procédures habituelles d’exposition, de performance ou de spectacle. Le mode de fonctionnement est lui-même un dispositif expérimental qui évolue selon les occasions. Chaque session (ayant une thématique ou non) met en jeu le trinôme rencontre-indétermination- improvisation … 

Souscrire à Sessions méta